Attouchements sexuels au Bac : « Elles n’ont qu’à porter plainte » (Guilllaume Hawing)

Attouchements sexuels au Bac : « Elles n’ont qu’à porter plainte » (Guilllaume Hawing)

Vues : 7

Plusieurs candidates à l’examen du baccalauréat se sont plaintes d’avoir fait l’objet d’attouchements sexuels lors des fouilles corporelles auxquelles elles étaient soumises avant d’accéder dans les salles d’examen.

Le ministre de l’enseignement pré-universitaire universitaire n’exclut pas de sévir contre cette pratique malsaine, si elle s’avérait. C’est pourquoi il appelle celles qui auraient été victimes de porter plainte contre les auteurs.

D’ailleurs, Guillaume Hawing précise qu’il attend de pied ferme ne ce reste qu’une seule plainte d’une victime d’attouchement sexuel dans un centre d’examen.

« La seule petite chose que nous attendons au département, c’est une seule petite plainte d’une élève, Nous connaissons tous ceux qui avaient été déployés dans les centres d’examen (…) mais pour le moment on a aucune plainte, nous avons entendu quelqu’un même qui cache son identité, nous entendons sur les réseaux sociaux mais nous ne voyons personne ; il faut se méfier des réseaux sociaux, ça peut être n’importe qui. Moi, c’est un défi que je lance, sortez-moi une seule fille, qu’elle sorte derrière l’anonymat et qu’elle vienne porter plainte, elle n’a rien à craindre, pourquoi elles ont peur ? Elles n’ont qu’à porter plainte et nous allons sévir mais pour le moment nous n’avons vu aucune plainte, et nous attendons de pied ferme cette plainte », a-t-il invité, en marge d’un point de presse qu’il a animé le vendredi 24 juin 2022.

Plus loin, il a invité la presse à encourager les victimes à briser le silence et à déposer une plainte.

« Si vous les connaissez, allez-y les chercher, dîtes-leur de ne pas se cacher. Si ce n’est pas une manipulation pourquoi tu vas te cacher ? Si quelqu’un (surveillant) se prête à ça, vous allez voir comment nous allons sévir parce qu’ilva répondre devant les juridictions. Nous regrettons et condamnons mais nous ne pouvons attaquer personne parce que la personne même concernée n’ose pas s’afficher, n’ose pas porter plainte, donc ça peut nous pousser à donner n’importe quelle interprétation. On peut dire que c’est un saboteur », a-t-il conclu.

Alhassane Fofana mosaiqueguinee.com

À ne pas rater !
Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez les dernières informations dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
1 × 29 =