Kindia: les étudiants de l’école nationale de santé réclament la licence et la prime de séparation

Kindia: les étudiants de l’école nationale de santé réclament la licence et la prime de séparation

Vues : 13

Les étudiants de l’école nationale de la santé de Kindia ont manifesté ce mardi 7 juillet leur ras-le-bol devant leurs responsables. Ces manifestants réclament la licence à la place du BTS et la prime de séparation.
C’est à la devanture de l’école nationale de la santé que ces étudiants ont manifesté leur colère. Pour Fassou Matos Konamou de la troisième année, leur droit a été ignoré. « Nous sommes là parce-que nous nous sentons méprisés dans nos droits. Tout étudiant qui a eu son bac et qui a suivi trois ans de formation a droit à une licence. Nous ici après la formation c’est le BTS qu’on livre aux étudiants tandis que le BTS, c’est bac plus deux ans. Donc nous demandons à ce que nous ayons la licence. » a-t-il martelé.
Ces manifestants disent avoir fait des démarches mais en vain. « On a déposé la lettre aux deux départements : l’enseignement supérieur et l’enseignement technique. On a des preuves attestant que l’ex ministre de l’enseignement technique Damantang et Yéro Baldé de l’enseignement supérieur les ont reçu. Ils ont fait un arrêté, tous les bacheliers orientés dans les écoles techniques y compris l’école nationale de la santé… Après les trois ans de formation, nous aurons la licence» explique Morlaye Camara, étudiant en troisième année biologie.
Depuis 2015 plusieurs promotions ont réclamé en vain la licence indique le directeur national de la santé « depuis 2015 on a commencé à envoyer des bacheliers ici et plus de 4 promotions ont réclamé la licence. Quand le ministre Damantang est venu, les étudiants ont protesté pour qu’on leur donne une licence. Ils ont négocié avec l’enseignement supérieur et un document a été signé pour dire que les étudiants vont bénéficier d’une licence. Le problème s’est encore posée quand le ministre de l’enseignement supérieur Yéro est venu. Après une concertation, il est revenu sur sa décision » indique Dr Samba Dioumessy.
Si rien n’est fait d’ici lundi prochain, les étudiants menacent de reprendre leur mouvement.
Siba Toupouvogui depuis Kindia

À ne pas rater !
Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez les dernières informations dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
29 − 9 =