RÉFORME des écoles privées en Guinée (Par N’Valy Condé, le Philosophe).

RÉFORME des écoles privées en Guinée (Par N’Valy Condé, le Philosophe).

Vues : 24

Dans le système éducatif guinéen, les écoles privées occupent une place de choix. Dans la zone spéciale de Conakry et grand Conakry , plus de 60% des élèves étudient dans les établissements d’enseignement privé. Ainsi, dans la seule commune de Ratoma, par exemple, se trouvent environ 1000 écoles privées et dans la commune de Matoto, plus de 800 écoles privées. C’est ce qui explique l’impérieuse nécessité de se préoccuper de la qualification de l’enseignement privé en Guinée

Nous ne parlerons pas de tous les aspects, nous parlerons seulement de la situation des enseignants et de l’administration scolaire des écoles privées.

I-LA SITUATION DES ENSEIGNANTS DES ÉCOLES PRIVÉES.

L’État étant l’organe régulateur des écoles privées en Guinée à travers le Ministère de l’Énseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation, pour jouer pleinement ce rôle qui lui est propre, devrait avoir une base de donnée axée uniquement sur la situation des enseignants évoluant dans les écoles privées. Obtenue suite au récemment biometrique des enseignants du privé, cette base de donnée pourrait porter essentiellement sur les Prénoms et nom, filiation, date et lieu de naissance, spécialité, diplôme, niveaux tenus, expériences, identifiant personnel, adresse, e-mail, contacts et transmise au Ministère de la fonction publique.

L’objectif visé est de faire en sorte que le concours du recrutement à l’éducation ne soit ouvert qu’aux enseignants contractuels de l’Etat ou/et les enseignants évoluant depuis deux (2) ans ou plus dans les écoles privées.

En terme clair, pour être candidat dorénavant au concours de recrutement à la fonction publique au compte de l’éducation, il faudrait être contractuels ou enseignant en situation de classe dans une école privée avec une expérience de 2 ans ou plus et être âgé de 18 à 45 ans et être dans la base des données transmises à la fonction publique. Cela nous permettra d’éviter que ceux qui ont terminé les études depuis des années et qui exercent d’autres activités ne se retrouvent accidentellement en situation de classe avant de chercher à être muté.

Le titre du concours pourrait être formulé comme suit :

CONCOURS DU RECRUTEMENT DIRECT DES ENSEIGNANTS À LA FONCTION PUBLIQUE OUVERT UNIQUEMENT ET EXCLUSIVEMENT AUX ENSEIGNANTS CONTRACTUELS OU EN SITUATION DE CLASSE DANS DES ÉCOLES PRIVÉES.

Condition : avoir 2 ans d’expériences ou plus et être âgé de 18 à 45 ans.

De plus, l’enrôlement biometrique ou l’identification des enseignants du privé pourrait nous permettre de leur venir en aide en cas de fermeture prolongées des établissements due à des maladies pandémiques par exemple.

Ainsi, si l’Etat n’a pas pu subventionner les enseignants des écoles privées après la fermeture prolongée des établissements à cause de Covid-19, en Guinée, c’est parce qu’il n y avait aucune donnée fiable. D’où la nécessité d’y penser à temps en terme de perspective.

II-MORALISATION DU TAUX HAURAIRE, SALAIRE DE BASE DE L’ADMINISTRATION SCOLAIRE ET LA SCOLARITÉ DES ÉLÈVES

Il serait important de créer une section au MEPU-A appelée SECTION ENQUÊTE ET PRIX DANS LES ÉCOLES PRIVÉES (SEPEP) , Il s’agit de fixer la base du taux horaire et veiller sur la fixation du montant de la scolarité payée par les parents dans les écoles privées conformément aux réalités de la zone d’implantation de l’école et de ses valeurs. On pourrait, par exemple, fixer la base du taux horaire à 25000GNF dans grand Conakry et 15000 GNF à l’intérieur du pays.

Concernant la fixation des frais de scolarité dans les écoles privées, il ne s’agit pas d’homologuer la scolarité, il s’agit de demander à ce que le prix soit justifié et fixé en fonction des réalisés afin d’éviter que certains fondateurs notamment expatriés n’arrangent les citoyens en faisant miroiter à la télé des expatriés d’une autre race ou nationalité. À beau mentir, celui qui vient de loin, dit-on souvent.

III-LA SITUATION DES ADMINISTRATEURS SCOLAIRES DANS LES ÉCOLES PRIVÉES.

Le MEPU-A, dans le souci de qualifier l’enseignement privé, pourrait exiger que pour être directeur ou administrateur d’une école primaire privée, il faut être titulaire au moins du BEPC et pour être principal du collège ou Proviseur du lycée privé, il faut avoir sa licence avant d’exiger que l’acte de nomination des administrateurs soit enregistré à la cellule des écoles privées dans les différentes directions communales ou préfectorales de l’éducation. Et, pour suspendre ou limoger l’administrateur, l’acte doit être motivé. Dans le cas contraire, il sera rejeté. Si le fondateur insiste , le fondateur pourrait être opposé aux conséquences de l’interruption abusive du contrat.

IV-CONCLUSION

En œuvrant pour la qualification du système éducatif en Guinée, il est important de penser à la gestion rationnelle des écoles privées puisqu’il s’agit de l’enseignement, de la formation, de l’éducation et de l’apprentissage de nos enfants.

Par ailleurs, pourquoi plus de 80% des cadres préfèrent inscrire leurs enfants dans les écoles privées au lieu de les inscrire dans les écoles publiques ?

À ne pas rater !
Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez les dernières informations dans votre boite mail !

Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
12 × 2 =